“Ma vie sans tétons”, le témoignage d’un homme après son cancer du sein

Dans un peu plus d’un mois cela fera 10 ans que l’on m’a découvert un cancer du téton. 10 ans…

‘’Cancer du téton ? Ca existe ça ??? Je ne fume pas, je ne bois pas d’alcool, je mange plutôt bien, aucun antécédent de cancer dans ma famille, rien. Non, je ne peux pas avoir de cancer !!!!’’ Et pourtant on m’annonçait que j’avais un cancer…

Comme vous vous en doutez ou l’avez vécu, l’annonce est un CHOC. Tellement d’images, de peurs, de projections se bousculent d’un seul coup dans notre tête. Le cerveau a besoin d’un temps pour intégrer l’annonce d’en comprendre l’étendue et ses conséquences..
Tout à coup la machine s’emballe et lorsqu’on m’annonce qu’il faut me retirer le téton et que le mieux est de retirer les deux en prévention, j’accepte. Je veux juste que cette « chose » soit retirée de moi. « Oui, retirez tout ce que vous pensez utile ». On ne pense pas vraiment à l’après, à l’apparence. On souhaite juste qu’il y ait un après.
En plus de la maladie, en plus des traitements on gère parfois des médecins pour qui l’empathie est un mot inconnu, pour qui nous sommes un numéro de dossier. Ils opèrent sans se préoccuper de l’aspect esthétique « quoi, elles/ils veulent en plus que ça soit pas moche ? Elles/Ils ne vont pas non plus se plaindre hein ? » D’autres médecins, heureusement sont humains nous permettent de trouver un sentiment d’humanité. 

Cela va faire 10 ans. 10 ans d’un combat aussi bien physique que moral et psychologique. Près d’un an et demi  de Chimios intraveineuse, par cachets, radiothérapie qui brulera mon torse jusqu’à ce que ma peau s’arrache et me laissera à jamais ces marques, comme brûlé au fer rouge. Car l’après cancer est un autre combat. Un combat contre soi même, notre nouvelle image. Notre reflet dans le miroir et dans les yeux des autres. Une double peine.
Lors de ces mois de traitements je n’ai pas fait que soigner le corps. J’ai fait un GROS travail pour aller regarder en moi. Pendant que les traitements s’occupaient du corps, je m’occupais de mental avec pour but de comprendre. Comprendre pourquoi mon mental m’avait amené ici. Comprendre et changer afin de ne plus jamais à y revenir.
Après 2 ans de chirurgie on m’a proposé une reconstruction. Quel mot mal choisi pour ce qu’ils proposent… Comment peut on appeler reconstruction quelque chose pour laquelle ils n’ont pas de vraie compétence ?! Encore une fois c’est comme si l’aspect esthétique ne rentrait JAMAIS en ligne de compte ? ‘’Non mais les gars, vous comprenez qu’après on doit vivre avec ce que vous faites ????’’
Après avoir mis 2 ans voilà une nouvelle couche à gérer : le résultat de la reconstruction. Je suis passé de cicatrices linéaires à cicatrices linéaires + une espèce de truc qui ne ressemble à rien, mauvaise taille, mauvais emplacement et mauvaise couleur…  Il me faudra des années de travail sur moi pour parvenir à enlever un jour le tee shirt à la plage, en ayant honte de mon corps, en faisant face aux regards des autres. 

Aujourd’hui je ne suis plus du tout la même personne. Le cancer a été pour moi une fin et un début. Et dans cette nouvelle vie qui a du sens, j’ai un métier qui aide les autres à aller mieux.

Une nouvelle vie mais il y avait toujours ces marques ces espèces de tétons ni faits ni à faire qu’on m’avait donné lors de la reconstruction.
Un jour, il y a quelques temps j’ai découvert Alexia dans un article. j’étais partagé entre espoir et appréhension. J’avais assez donné niveau déception. Je l’ai finalement contactée en me disant que de toute façon ça ne pourrait pas être pire.
Nous avons parlé, beaucoup parlé, échangé. J’ai rencontré une personne vraie, à l’écoute, qui aime son travail et le fait avec passion, mais plus que tout qui aime les autres et qui met du sens dans son travail. J’ai découvert une artiste talentueuse, une biologiste qui perçoit les chose à un niveau différent et une femme de coeur avec qui l’on se sent entendu et vu. Et c’est cette combinaison qui fait d’Alexia cette personne unique et rare et qui donne à ses tatouages la touche magique. Ses tétons ont une personnalité, une âme, du relief…

A la découverte du résultat, sans que je ne puisse les contrôler, sans que je ne me m’y attende le moins du monde des larmes se sont mises à couler. Plus je regardais ces tétons, MES tétons plus mes larmes étaient fortes. Alors j’ai laissé couler mes larmes, mes pleurs. J’étais à nouveau entier. Il y a toujours les cicatrices qui sont le reflet de mes combats. Mais aujourd’hui les pièces manquantes sont revenues. Et je n’aurais jamais imaginer qu’on puisse me redonner ce qu’Alexia m’a redonné. J’ai pleuré, de joie, de gratitude, de lâcher prise… mes larmes ont lavés 10 ans à me regarder dans le miroir en évitant cette partie de moi. En me retournant j’ai vu des larmes dans les yeux d’Alexia, des larmes de joie qui m’ont touchées au plus profond de mon coeur.
MERCI Alexia. MERCI de m’avoir rendu ce que je n’avais plus. Le mot RECONSTRUCTION n’aura jamais eu autant de sens qu’avec vous. Vous faites bien plus qu’une reconstruction 3D en tatouage. Vous permettez une reconstruction physique mais également psychologique.

Les hôpitaux connaissent les traitements, ils font leur travail. Mais l’esthétique n’est PAS leur priorité, et ils ne devraient PAS proposer quelque chose qui peut avoir des conséquences potentiellement douloureuses à gérer en plus du cancer. Je ne comprends pas que le travail d’Alexia ne soit pas remboursé par la sécurité sociale, je ne comprend pas qu’elle ne travaille pas en étroite collaboration avec les hôpitaux. Les patient(e)s de cancer ont BESOIN que les hôpitaux et leurs pontes rangent un peu leurs égos et commencent VRAIMENT à se souciez des personnes dans leur entièreté : la santé, le corps et le psychologique. Car comme m’a dit un jour mon oncologue : si votre tête ne va pas, votre corps ne suivra pas…
MERCI ALEXIA pour ces échanges, pour ce partage, pour MES BEAUX tétons. Merci d’être qui vous êtes, et continuez LONGTEMPS à donner de l’âme à vos tétons. 

 

IMG_8062